jMax

jMax était un environnement de programmation visuelle pour la réalisation d’applications musicales et multimédia interactives. jMax a été réalisé à l’Ircam par l’équipe Systèmes temps réel que j’ai créée et dirigée de 1994 à 2002.

jMax était une nouvelle implémentation du logiciel MAX conçu par Miller Puckette à l’Ircam, le nom de MAX étant un hommage à Max Matthews, un des pères de l’informatique musicale.
jMax employait la métaphore du synthétiseur analogique modulaire : l’utilisateur construit des patchs en plaçant des modules sur une surface de travail et connecte ces modules par des « fils ». Ces « fils » représentent des canaux de communication sur lesquels des valeurs ou des flux d’échantillons sont échangés entre les modules. Ces modules peuvent être des unités de calcul (arithmétique, temporisations…), des conteneurs stockant des données (tables…), des entrées-sorties sonores ou MIDI.
Les modules de jMax étaient en fait des objets au sens des langages orientés objets, ces objets pouvent eux-mêmes être des patchs, ce qui donne ainsi au patch une structure hiérarchique, ou bien des contrôleurs graphiques interactifs pour changer des paramètres dans le patch ou pour afficher des valeurs calculées.
jMax avait une architecture client/serveur, avec un serveur de calcul écrit en C, nommé FTS, et une interface graphique écrite en Java/Swing. Une des caractéristiques de jMax était la portabilité: jMax était supporté sur Irix, Linux, Mac OS X et Windows.
Un exemple de patch jMax:

jMax a été le premier logiciel libre de l’Ircam, passé sous licence GPL en juillet 1999. Il a été aussi le logiciel de l’Ircam le plus téléchargé.
Le projet jMax a été arrêté par l’Ircam en 2004.
Quelques liens:

Une réponse à “jMax”

  1. Philippe dit :

    Bonjour!

    J’ai téléchargé jMax sur une machine sous windows 10 et ça ne fonctionne pas. Y a-t-il un moyen de le faire tourner sous cette version de windows ? Quelle est la version Windows la plus récente sur laquelle jMax fonctionnait ?

    Cordialement,

Laisser un commentaire